cop 28 !!!…

Écrit par sur 2 novembre 2023

Ce fonds, dont l’adoption sur le principe a été considérée comme le résultat majeur de la COP27, reste à créer: quel fonctionnement, qui le finance, qui en bénéficie? Rien n’est tranché, alors que les pays en développement exigent sa mise en œuvre dès la COP28 et que le dernier rendez-vous de négociations, mi-octobre en Egypte, s’est soldé par un échec.

Mais “il y a un accord sur presque 80% du texte”, s’est félicité mardi soir le négociateur égyptien Mohamed Nasr, interrogé par l’AFP. Et un ultime cycle de négociations a été ajouté en urgence, à Abou Dhabi, du 3 au 5 novembre.

Mi-octobre, “on était à un 1 ou 2 jours d’un accord”, dit un négociateur européen, lui aussi confiant.

Parmi les blocages, “les Etats-Unis ne veulent pas mettre un centime si la Chine est un potentiel bénéficiaire”, autrement dit si le fonds n’est pas réservé aux pays vulnérables, explique-t-il.

Des pays dénoncent la volonté des Occidentaux d’établir le fonds, même temporairement, au sein de la Banque mondiale, qui “n’est pas adaptée aux questions de développement”, a rappelé Michai Robertson, un négociateur de l’Alliance des petits Etats insulaires (AOSIS).

“Les Saoudiens ne veulent aucune formulation qui élargirait la liste des donateurs au-delà des pays développés”, ajoute son homologue européen.

Même si ces divergences sont surmontées d’ici la COP28, nul ne sait quel montant pourra être levé auprès des pays riches, qui peinent déjà à honorer leur promesse de fournir 100 milliards de dollars de finance climat par an.

“Pas un dû”
La transition et l’adaptation en nécessitent pourtant des milliers de milliards, mais “la finance publique est le levier qui va débloquer la finance privée”, rappelle constamment Harjeet Sing de l’ONG Climate Action Network.

Le fonds sur les pertes et dommages “est basé sur le volontariat (…), ce n’est pas un dû“, défend la ministre française, qui a présidé avec son homologue du Bangladesh Shahab Uddin une séance mardi pour dégripper le dossier.

Pour Mme Pannier-Runacher, un accord doit être vite trouvé pour éviter que ce dossier symbolique ne devienne “peut-être un prétexte pour ne pas aborder les discussions qui fâchent”, en premier la réduction des gaz à effet de serre.

Energies fossiles
Ces derniers mois, le débat sur la fin des énergies fossiles, moteur essentiel du réchauffement, s’est imposé comme jamais dans les négociations onusiennes. Depuis 30 ans, elles n’ont abouti qu’à un objectif de réduction du charbon à la COP26.

Mais le vif débat est temporairement au second plan.

“Je continue d’entendre des opinions bien arrêtées sur l’inclusion d’une formulation sur les combustibles fossiles et les énergies renouvelables” dans l’accord final de la COP28, s’est contenté de déclarer mardi Sultan Al Jaber.

Sultan Al Jaber, également patron de la compagnie pétrolière émiratie Adnoc, a mis de côté sa formule habituelle sur la réduction “inévitable” des fossiles.

“C’est trop tôt, cela bloquerait les négociations”, souffle un membre de son entourage, alors que dans les couloirs les discussions vont bon train sur les réticences des pays du Golfe, Arabie saoudite en tête.

Sans être encore acquis, l’objectif de tripler les capacités des énergies renouvelables d’ici 2030 (pour atteindre 11 terawatts) semble en meilleur voie.


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Continuer la lecture

Article suivant

hawaiiki nui va a.


Miniature

Tahiti Web Radio

Tahiti Web Radio

En ce moment

Titre

Artiste

Emission en cours

Fashion Victims

23:30 24:00

Emission en cours

Fashion Victims

23:30 24:00